Archive pour février, 2013

Le whisky et l’Irlande, une longue histoire d’amour

 whisky Greenore

 

Le whisky constitue incontestablement l’une des boissons les plus consommées au monde. Bien qu’il soit maintenant produit dans de nombreux pays, les références restent encore l’Écosse, sa terre d’adoption, ainsi que l’Irlande, son pays d’origine. Le whisky est l’eau-de-vie la plus consommée dans le monde, car sa consommation annuelle avoisine les 2,7 milliards de litres. Les producteurs de cette boisson se trouvent dans plusieurs régions du monde comme en Ecosse, en Irlande, aux États-Unis, au Japon, en Inde, ou encore en  Suisse, on en trouve aux quatre coins du monde. Oil & Whisky vous invite à découvrir ces contrées où le whisky se trouve étroitement lié aux hommes, la terre et l’histoire. Nous vous proposons un tour du monde qui va commencer par l’Irlande

L’Irlande, un pays riche en histoire

Quand il s’agit d’évoquer l’Irlande, il vient tout de suite à l’esprit les vertes prairies, les pubs, U2, le rugby, la bière et le whisky. En dehors de ces clichés, le trèfle à trois feuilles est le symbole de ce pays dont les Celtes, ses premiers habitants, ont commencé le peuplement vers 700 av. J.-C. Qu’ils soient du Nord ou du Sud, les Irlandais sont très attachés à la religion et sont de très grands patriotes. La bière et le whiskey irlandais sont toujours présents dans les pubs et dans les différentes manifestations et fêtes.

Un whisky au goût du terroir

Si l’histoire raconte que le whisky fut introduit en Irlande puis en Écosse par Saint-Patrick au 5e siècle, ces deux pays restent les traditionnels producteurs de cette eau-de -vie encore aujourd’hui. La réputation de la saveur des whiskies produits dans ces contrées n’est plus à faire. L’appellation du whisky en gaélique est « Uisce Beatha », ce qui signifie eau-de-vie. Les soldats anglais qui envahissent l’Irlande au 12e siècle déforment la prononciation du mot qui devient whiskey ou whisky. Cette boisson est très appréciée des Anglais, plus encore que le whisky d’Écosse. L’instauration par ceux-ci de la taxe sur les whiskeys développe la production clandestine. La loi qui oblige les producteurs à vieillir leur malt durant 3 ans afin d’obtenir la dénomination de whiskey irlandais dévalorise cette eau-de-vie. Asphyxiés, les distilleurs irlandais s’unissent en 1966 pour former l’Irish Distillers. Le succès est au rendez-vous et le whiskey irlandais part de nouveau à la conquête de nouveaux marchés. Si avant l’occupation anglaise, chaque ferme produisait son propre whiskey,  le regroupement des distilleries ne freine pas la passion des Irlandais pour leur boisson nationale. Et ce, d’autant plus qu’ils y gagnent en qualité et que le monde entier leur envie ce whiskey.

Le whiskey irlandais, qu’a-t-il de particulier ?

Pour fabriquer le whiskey irlandais, comme tout whisky, il faut de l’orge, de l’eau pure, matières premières que le pays possède en quantité et en qualité ainsi que de la levure. Sans entrer dans les détails, sa fabrication nécessite un savoir-faire spécifique, issu d’une longue tradition. Il est en général distillé puis mis en fût de chêne pendant au moins trois ans pour assurer son vieillissement. La triple distillation constitue une de ses particularités alors que le whisky écossais subit une double distillation. À l’occasion d’une visite en Irlande, vous pouvez passer dans les distilleries qui font la réputation de l’île. Ainsi, celle de Cooley peut-être visitée toute l’année et vous permet de découvrir la production de ses whiskeys particuliers. La distillerie de Midleton, la John Power & Son Distillery, l’Old Jameson Distillery ou encore l’Old Bushmills Distillery sont toujours en activité et produisent un whiskey de grande qualité. Comparé au Scotch écossais, l’irish est différent du point de vue de la fragrance et du goût. Il est plus élégant, plus fin, mais moins aromatisé. Cela vient de son séchage au charbon et la non-utilisation de la tourbe alors que le premier peut être séché à la fumée de tourbe.

Vous l’aurez compris, chaque région a ses particularités, pour l’Irlande, nous avons sélectionné un whisky provenant de la distillerie Cooley

Greenore 18ans Single Grain 46%

Whiskey Irland Irlande

Un single grain, à base de maîs de surcroît et de 18 ans d’âge est un véritable Ovni dans le monde du whisky. Et pourtant, nous avons là un whiskey exceptionnel.

Nez: sur la suavité, doucement végétal et herbacé, avec quelques notes discrètes de fruits à chair jaune (prune, poire Williams).

Bouche: attaque franche, avec beaucoup de vivacité. Le corps est moelleux, mais également bien épicé : poivre noir, gingembre, clous de girofle. On retrouve les fruits jaunes du nez, avec aussi quelques notes plus exotiques, ainsi que de la cire d’abeille.

Nez: boisée tout en conservant un caractère moelleux propre au maïs et se montre d’une très belle longueur.

Slaint !

 

Le Whisky: QuesaKo??

Le whisky, de la distillerie jusqu’à notre verre

Selon la légende, le whisky remonte à Saint-Patrick lui-même qui aurait importé au 5e siècle la technique de distillation en Irlande puis en Écosse. La fabrication de cette eau-de-vie demeure artisanale dans ces deux pays jusqu’au 16e siècle avant de se développer au 18e siècle grâce à la révolution industrielle.

Différentes catégories

Le premier blend, appelé également blended malt, est produit en 1853. Concrètement, il s’agit de l’association du whisky de malt et d’autres céréales tel que du seigle . Quant à la qualification « single malt », elle est réservée au whisky qui provient d’une seule distillerie, par opposition au pure malt ou vatted malt qui concentre des whiskies de malt en provenance de plusieurs distilleries. Il arrive également qu’une distillerie commercialise des bouteilles à partir d’un seul fût. Celles-ci sont dénommées single cask. D’une manière générale, ce genre de whisky est directement embouteillé avec le degré d’alcool initial du fût, soit entre 55° et 65°, d’où sa désignation cask strength, littéralement brut de fût.

Des provenances diverses

Si le whisky trouve son origine en Écosse et en Irlande, il est actuellement produit dans de nombreux pays dans le monde. Pour bénéficier de la qualification « Scotch Whisky », celui-ci doit vieillir en fûts sur le sol écossais au moins trois ans et son degré d’alcool doit excéder les 40°. Il existe cinq grandes régions productrices en Écosse. L’Irlande, quant à elle, fabrique l’un des meilleurs whiskies au monde. Les États-Unis sont le troisième producteur mondial. Deux marques nippones sont primées lors des World Whiskies Awards 2012, témoignant d’une qualité remarquable. La France produit du whisky dans plusieurs de ses régions ainsi que le Canada, l’Inde, la Belgique et la Suisse dans une moindre mesure. Oil & Whisky se propose de vous faire découvrir ces régions et les whiskys qu’elles produisent.

Whisky way of life

Le whisky est l’eau-de-vie la plus appréciée dans le monde avec une consommation annuelle de 2,7 milliards de litres par an. Il convient de noter qu’un whisky se déguste comme un grand vin et surtout, il est déconseillé de le boire avec des glaçons, en effet, ceux-ci neutralisent les arômes dégagés par la liqueur et anesthésie les papilles. La dégustation dans les règles de l’art se passe en plusieurs étapes, à savoir la phase visuelle, olfactive et gustative. Le traditionnel « verre à whisky » également connu sou le nom de « Tumbler » ne convient pas pour boire le whisky. Le verre-tulipe, ou à défaut le verre à cognac est recommandé pour mieux le savourer.

Une région, un whisky, un arôme

Chaque pays a ses régions productrices de whisky dont les arômes et les goûts diffèrent. Chaque marque a ses propres irréductibles et il n’est pas question pour eux d’en changer.

La région des Lowlands en Écosse ne compte plus que deux distilleries en activité. Elles produisent un whisky léger et sec, agrémenté d’une saveur herbacée et florale unique.

Quant aux Highlands, son whisky a un goût plus accentué malgré un corps léger. Il existe 26 distilleries qui fabriquent une grande majorité du whisky écossais.

Le Speyside est considéré comme le triangle d’or du whisky avec 48 distilleries qui présentent des liqueurs à caractère doux et rond avec une note fruitée.

L’île d’Islay compte sept producteurs. Son whisky possède une essence phénolique, avec une pointe d’algues marines.

Sur l’île de Skye se trouve la distillerie Talisker. Elle fabrique un whisky au goût épicé et tourbé très caractéristique.

La distillerie Isle of Jura est située sur l’île du même nom en Écosse. Elle présente un whisky au parfum subtil, agrémenté par la brise marine.

Il existe deux distilleries sur l’île d’Orkney en Écosse. Leur production se singularise par un moelleux rare ainsi que des arômes de fruits secs et de tourbe.

L’Irlande est l’autre pays natals du whisky. Il y reste trois distilleries en activité, mais elles produisent une multitude de marques. Le whisky irlandais a une saveur fraîche et onctueuse.

Des régions moins connues

Deux groupes monopolisent la production de whisky au Japon. Ils élaborent l’une des liqueurs les plus prisées au monde caractérisée par une légèreté et une certaine note vanillée et fruitée.

L’Inde regorge de nombreuses distilleries. La mélasse –sirop très épais constituant un résidu du raffinage de sucre- est le produit de base de 90 % du whisky consommé en Inde, les 10% restants sont un pur bonheur qui régatent très facilement avec les whiskys écossais, Irlandais ou encore Japonais..

Nous allons vous proposer dans les semaines qui suivent, une présentation des différentes régions précitées

Avec plus de 250 whisky en boutique, Vous trouverez sur notre site de ecommerce http://www.oilandwhisky.ch/shop/ toute une série de whisky classique ainsi que des rarités que nous publierons régulièrement.