Archive pour mars, 2013

Première Etape en Ecosse, La région de Highland

Le whisky des Highlands, une boisson phare de l’Écosse

L’Écosse est associée la plupart du temps au rugby, aux manoirs ou aux clans. Mais nombreuses sont les personnes qui pensent immédiatement au whisky dès qu’il s’agit d’Écosse. Le whisky est vraisemblablement d’origine irlandaise, mais il doit son succès planétaire d’aujourd’hui à son voisin écossais. Grâce à Oil & Whisky, découvrez la saga de cette eau-de-vie consommée partout dans le monde et apprenez-en également un peu plus sur les régions qui la produisent. Nous vous invitons dans ce cas à partir en voyage dans les Highlands.

Highland Whisky Ecossais

Une histoire mouvementée

Dès le 5e siècle, le whisky est introduit en Écosse. Il s’ensuit une pluralité de la production, car chaque ferme distillait alors son propre malt. Deux raisons historiques ont poussé le whisky écossais à connaitre un succès phénoménal en dehors de ses frontières. La première est l’épidémie de phylloxéra qui décime alors les vignobles de Cognac à la fin du 19e siècle. Les Anglais se retrouvent ainsi privés de leur boisson favorite. Une aubaine pour les commerçants et distilleurs de Glasgow et d’Édimbourg qui s’empressent de leur proposer le whisky écossais en remplacement du cognac. Un peu plus tard, l’Amérique entre dans la période de prohibition entre 1919 et 1933, faisant exploser la contrebande. La première flotte commerciale de l’époque, britannique en l’occurrence, se charge de transporter des tonnes de ce fameux whisky écossais sur la côte est des États-Unis. La légende est née. Le fait de boire du whisky écossais à sa table est désormais signe de puissance et d’un pouvoir d’achat élevé. Hommes de loi et gangsters se font la guerre, les premiers pour stopper cette contrebande, les autres pour en importer davantage et faire fortune. D’une certaine façon, la célébrité d’Eliot Ness et d’Al Capone est liée au whisky écossais.

Des régions réputées pour leur whisky

C’est au 18e siècle qu’a lieu la division administrative de l’Écosse entre les Lowlands et les Highlands. Les Lowlanders pouvaient ainsi utiliser des alambics plus petits et des moûts moins concentrés par rapport aux Highlanders. D’un autre côté, ils ne pouvaient pas exporter leurs produits hors d’Écosse. Les connaisseurs ont subdivisé les Highlands en quatre sous-régions, à savoir le nord, l’ouest, l’est et le centre. Il est cependant difficile d’affirmer que chacune d’elle possède un whisky au goût caractéristique qui le distingue d’un autre. En effet, le fût dans lequel il est mis en maturation contribue énormément à cultiver les différences. Les Northern Highlands comptent une dizaine de distilleries situées plus au nord du pays. Si la principale ville de la région, Inverness, a hébergé un grand nombre de distilleries dans le passé, elles ne sont plus que trois aujourd’hui à produire des whiskies. Les autres distilleries ont cessé toute production depuis 15 ans. Le whisky des Northern Highlands donne un final sec, tantôt épicé, voire même salé. Le plus célèbre de ses malts est le Glenmorangie. Même s’il présente un goût marin moins prononcé que les autres whiskies de la région, il est néanmoins le plus apprécié au Royaume-Uni. En effet, pendant les dernières années de sa maturation, il est conservé dans des fûts de sherry, ce qui lui procure un arôme assez particulier et une rondeur spécifique.

Les autres sous-régions

Les Western Highlands commencent à partir des îles du nord-ouest de l’Écosse jusqu’aux portes des Lowlands.  Cette sous-région comptait auparavant beaucoup de distilleries, mais il n’en reste que cinq en activité. Il s’agit d’Isle of Arran, Isle of Jura, Oban, Ben Nevis et de Ledaig/Tobermory. Elles produisent un malt avec une légère saveur phénolique et une odeur fumée. Par rapport à leurs homologues d’Islay, la boisson est beaucoup moins tourbée. Quant au centre ou Midlands, il constitue un véritable trait d’union entre les Lowlands et les Highlands. Dénommée encore Central Highlands, cette région possède d’importantes surfaces de sols alluviaux, adaptées à la culture de l’orge. En outre, la présence de nombreux cours d’eau favorise la distillation même si la plupart des 128 distilleries ont fermé leurs portes depuis. Élaboré loin de la mer, il manque de fragrance marine et de tourbe. Il présente un final plus sec, mais moins complexe et moins moelleux que ses confrères. Quelques fabricants tirent néanmoins leur épingle du jeu. C’est le cas de Glenrurret qui propose à ses 25.000 visiteurs annuels des menus gastronomiques qui tournent autour du whisky. La sous-région comprise entre les côtes de la Mer du Nord et l’est du Speyside est appelée Eastern Highlands. Si elle comptait plus de 70 distilleries dans le passé, seules quelques-unes restent encore en activité. Le malt le plus célèbre est le Royal Lochnagar qui était très apprécié de la reine Victoria.

Pour la région de Highland, nous avons selectionné un fantastique whisky, il s’agit du Glenmorangie Nectar d’Or, 12 ans d’âge, une réussite!!

 

Whisky Highland Glenmorangie Nectar d'OrAvec une double-maturation en fût de Sauternes, Glenmorangie Nectar d’Or a été élu meilleur single malt des Highlands aux World Whiskies Awards 2008.

Médaille d’Argent San Francisco World Spirits Competition 2011.

NEZ: à la fois ferme et onctueux. De pulpeuses notes d’ananas, de banane et d’abricot confit soutenues par une remarquable amertume mettent en exergue l’affinage en fût de Sauternes. Le curry et la cannelle côtoient ensuite les fleurs capiteuses.

BOUCHE: douce, soyeuse. Elle se montre plus ferme que le nez ne pourrait le laisser supposer, ce qui lui procure beaucoup d’allant et de fraîcheur. Le milieu de bouche retrouve l’onctuosité pressentie au nez. Légèrement salée, elle se prolonge sur le café grillé, le toffee, le pain d’épices et la menthe poivrée.

FINALE: huileuse, savoureuse. Imprégnée du caractère acidulé des fruits de la passion et du citron, elle est également marquée par des notes de cire d’abeille et de miel d’acacia. La rétro-olfaction dévoile avec naturel la douce amertume de l’orge maltée.

Vous pouvez le commander sur notre site internet en cliquant ici

 

Slaint!

L’Ecosse, l’autre pays du Whisky

Après l’Irlande, nous allons prendre le bateau pour nous rendre en Ecosse, Ici, nous vous proposons un voyage dans les différentes régions

 

Régions whisky Ecosse

 

L’Écosse, terre du whisky

Le whisky est l’eau-de-vie la plus consommée dans le monde, car sa consommation annuelle avoisine les 2,7 milliards de litres. Les producteurs de cette boisson se trouvent dans plusieurs régions du monde comme aux États-Unis, au Japon, en Inde, en Suisse ou en France. Mais les deux pays à l’origine du whisky sont l’Écosse et l’Irlande. Oil & Whisky vous emmènent visiter ces territoires où l’histoire du whisky est intimement rattachée à celle des hommes.

Le whisky, une boisson chargée d’histoire

Parler de l’Écosse revient à évoquer une terre riche en histoire, les châteaux, les lochs, les kilts et bien sûr le whisky. Les quelque 90 distilleries encore en activité en Écosse se répartissent dans plusieurs régions. Chacune d’elle produit une liqueur dont le goût est spécifique et dépend étroitement de la nature et de l’environnement.

Les Highlands représentent la plus importante région productrice de whisky écossais avec 26 distilleries. Elles produisent une boisson au goût affirmé et robuste. Le paysage des Highlands très accidenté et son climat non tempéré donnent du caractère à cette eau-de -vie. Le whisky des Highlands offre une note d’épices, de sel, de genets et même de tourbe pour certaines marques. Célèbre dans le monde, il est très recherché par les amateurs. Le  Royal Lochnagar par exemple constitue le single malt favori des reines d’Angleterre depuis des générations. Ainsi, le nord des Highlands produit une boisson à la saveur iodée, presque marine, mêlée à une note d’épice. L’ouest fabrique un whisky avec un délicat goût phénolique, associé à une senteur de fumée. La partie orientale élabore une eau-de-vie un peu sèche en bouche tandis que celle du centre des Highlands est plus douce, bien qu’elle présente un final légèrement sec.

Les Lowlands et les petites îles écossaises

En 1850, chaque village des Lowlands possédait sa propre distillerie. Aujourd’hui, il en subsiste deux encore en activité, à savoir Auchentoshan et Glenkinchie. Elles produisent un whisky assez subtil, mais fragrant. Son goût est clair et frais. Il présente un final sec avec une saveur accentuée de gingembre. Cette saveur provient du malt utilisé dans sa fabrication et non de la tourbe.

Le Speyside concentre les deux tiers des distilleries écossaises. Celles-ci puisent l’eau pour la distillation dans les nombreuses rivières de la région, ce qui produit un whisky au caractère doux et rond. Il présente néanmoins une note fruitée ou fleurie caractéristique en raison de ses belles plaines fertiles, de son relief vallonné et montagneux, de la proximité de la Mer du Nord ainsi que de son climat.

L’île d’Islay, au sud-ouest des côtes écossaises est très exposée aux tempêtes et aux vents. Les sept distilleries encore en service produisent un whisky à la saveur très marquée en tourbe. Des notes marines et d’algues le caractérisent également. Le nombre de distilleries au mètre carré sur cette île est le plus important d’Écosse.

Orkney, Arran, Jura et Skye

Scapa et Highland Park sont les deux dernières distilleries de l’île d’Orkney balayée en permanence par le vent marin. La tourbe prélevée à différentes profondeurs du sol renferme une grande quantité de racines de bruyère. C’est pourquoi le whisky de l’île d’Orkey associe une touche terreuse à quelques notes de miel de bruyère.

La distillerie Talisker produit du whisky sur l’île de Skye depuis 1830. À partir de 1988, elle fabrique la très réputée gamme de « Classic Malts ». Le goût de tourbe et de fruits secs caractérise son whisky.

Quant à l’île de Jura, sa seule distillerie élabore un whisky avec un parfum délicat composé de notes légèrement salées grâce à son insularité. Ce malt est passablement huileux et doux. Il ne présente qu’une faible trace de tourbe.

Il faut noter que la plus jeune distillerie d’Écosse est située sur l’île d’Arran, car elle n’a vu le jour qu’en 1995. La tradition du whisky de l’îlot remonte cependant au 18e siècle où les distilleries étaient une cinquantaine dans la région.